Accéder au contenu principal

Deux poèmes

Le lien invisible

Descente dans l'incandescent,
Lente obscurité qui nous étreint,
Transparence des yeux fermés,
Attente fiévreuse qui nous surprend.

Jamais nous ne sommes seuls,
Tant d'ombres nous accompagnent.
Les Illusions ne dorment pas la nuit.
Et des rires d'un autre âge,
Balisent les chemins de l'oubli.

Je veux tendre ce lien invisible,
Dormir des heures bleues à tes côtés,
T'attendre toutes fenêtres ouvertes,
Toute joie déployée.

Jamais nous ne sommes seuls,
Tant d'ombres nous faussent compagnie,
Et se rient de nos illusions,
À travers la nuit, notre constance nous éblouit.

Inma Abbet, 2015



Deux chambres d'hôtel

À Venise, et ailleurs, les rideaux dessinent des horizons passagers ;
Sur un lit étranger, des reflets jouent avec tes mains,
Et au loin s'effacent des glissements sur l'eau, là-bas dans dans un monde secret.
Amants d'un temps improbable d'après la trêve, avant qu'un autre mur ne soit bâti, les paroles se perdent dans cette clarté fondante, dans l'insignifiance des cris et les regrets aux mains vides.
Et pourtant, tu as gardé les fragments étincelants, appelé par l'ombre d'un sourire, apaisé par un battement de rivière souterraine.
De l'autre chambre, la mer est presque visible.
Le bonheur est une coulée de lumière,
Intrigant, comme la chevelure pâle,
Comme l'art de la fugue que nous voudrions apprendre,
Comme ces mots qui nous intimident,
Comme ces lits séparés, mais si proches.

Inma Abbet, 2015



"Iris Florentine", technique mixte sur papier. Inma Abbet, 2015




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Suspens, Suspense

Faut-il écrire suspense ou suspens ? L’origine de ce mot, qui désigne un état d’attente anxieuse renvoie à ce petit e qui en modifie la prononciation. Avant d’être un effet de style littéraire, le suspens, ou la suspense (on écrivait sospens et sospense, et également suspence), était l’interdiction faite au prêtre de célébrer la messe de manière temporaire. Il était déclaré suspens, ou suspendu des fonctions ecclésiastiques. Selon la quatrième édition du Dictionnaire de l’Académie française (1), s’il persistait malgré sa suspense, le prêtre était déclaré irrégulier. Il y avait aussi une autre acception allant dans le même sens : « Anciennement, charte de suspense, charte royale par laquelle tout procès intenté à une personne absente pour le service ou par les ordres du prince demeurait en surséance jusqu'à son retour». (2) Suspens, employé en tant qu’adjectif, désigne aussi un état émotionnel (la perplexité) ou une qualité du lieu ou de l’atmosphère. Le Trésor de la langue françai…

Art des natures mortes

Un récent billet de ce blog évoquant certaines des caractéristiques de ce genre pictural m’a donné le désir d’approfondir quelque peu le sujet de la nature morte. Le sujet est très ancien, -présent déjà à l’époque hellénistique et romaine, visible encore dans des mosaïques et des fresques -, il existe également des témoignages d’autres représentations d’aliments et d’objets inanimés ; ainsi, Pline l’Ancien raconte l’histoire des raisins peints par Zeuxis, de manière tellement réaliste que les oiseaux viennent les becqueter, mais aucune de ces œuvres n’a été conservée- ₁. Ainsi, depuis l’Antiquité, le réalisme minutieux et l’évocation de la vie quotidienne sont deux traits essentiels des natures mortes. Dans le contexte antique, la nature et la nourriture évoquaient la richesse, l’hospitalité d’une maison ou le passage des saisons.


Toutefois, l’histoire de la nature morte, telle qu’on la connaît depuis quelques siècles, se déroule parallèlement à celle de la peinture sur chevalet. L’exp…

Devant une fenêtre

Mystérieux tableaux
1 Devant une fenêtre

   Comme une représentation simultanée de la vie extérieure et intérieure, de l'activité et du repos, de l'ouverture et de l'introspection, les figures féminines devant des fenêtres sont des motifs classiques de la peinture depuis l'époque où celle-ci met en scène la vie quotidienne de manière réaliste, dans des maisons qui ne sont ni des palais ni des églises, dans des cafés et des ateliers. Si le sujet de la fenêtre apparaît à la Renaissance, il se multiplie chez les peintres hollandais du XVIIe siècle. Chez Vermeer, la liseuse montre un profil délicat, surtout intéressée par sa lettre. Du monde qui se trouve dehors, presque rien ne transparaît, seulement la lumière qui se reflète sur les carreaux de verre. Les œuvres de Pieter de Hooch et de Pieter Janssens Elinga comptent également des exemples de figures féminines vues de dos, à contre-jour, mais le regard est ailleurs : dans l'accomplissement de tâches ménagères ou de …